Tout savoir sur le faîtage d’une maison !

9, 11, 200 commentaires

Une toiture est un élément bien plus complexe qu’un simple enchevêtrement de tuiles, d’ardoises ou de tout autre couvrant. En effet, il est constitué de nombreuses parties bien distinctes les unes des autres qui, assemblées ensemble, vont permettre à votre toit de vous protéger des intempéries. La charpente, les rives, la couverture, la cheminée ou encore le faîtage sont autant d’élément sensibles à surveiller dans le temps. Dans cet article nous allons nous arrêter au dernier cité et faire un point complet sur le sujet. Quel est son rôle ? Comment est-il fait ? Quels sont les éléments à vérifier dans le temps ? Toutes les problématiques seront abordées pour que vous deveniez incollable !

Quelle est la définition d’un faîtage ?

La définition est assez simple. Le faîtage est l’arrête supérieur de votre toiture. Plus simplement, c’est la jonction haute de vos pans de toiture. Il peut prendre plusieurs formes mais son but reste toujours le même : assurer l’étanchéité de votre structure et solidifier l’ensemble de votre couverture.

Quelles sont les composantes d’un faîtage de toiture ?

faîtage maçonnée

Si l’on parle de faîtage pour parler du haut de son toit en réalité c’est un ensemble d’élément qui le compose. En effet, ce n’est pas juste un alignement de tuiles ou d’ardoises. Il va être composé la plupart du temps d’une lisse de rehausse, d’un closoir et voir même parfois d’un épi. Nous allons maintenant vous décrire une partie des éléments composant le faîtage et l’installation ce ces parties. Nous ne vous conseillions malgré tout pas de vous faire apprenti couvreur. C’est l’un des éléments importants de votre couverture de maison et il est nécessaire de le faire correctement.

Comment est posée la lisse de réhausse ?

La lisse de réhausse est l’élément qui va venir se positionner à la jonction des pans de toiture sur lequel le faîtage va venir se poser. En bois, cette petite partie va aussi donner un support pour le couvreur afin de fixer le closoir et dans certains cas les tuiles faitières. Son but est seulement de solidifier ce qui va être disposé après en créant un support net et de niveau sur toute la longueur du toit. Elle se fixe directement dans la charpente.

Comment poser un closoir de faîtage ?

Le closoir ventilé peut être fait de différentes matières, de pvc par exemple. Son rôle est de prévenir des infiltrations d’eau dans le toit. C’est le premier élément d’étanchéité qui va venir se poser sur la lisse de réhausse puis se fixer dessus. Ainsi, il va s’étendre des deux côtés du faîtage et recouvrir la partie encore à l’air libre de votre charpente.

Comment poser les tuiles de faîtage ?

Les tuiles de faîtage, aussi appelées faitières, vont venir se disposer pour recouvrir le closoir tout du long de votre toiture. Parfois elles seront directement fixées dans la réhausse, parfois maçonnées, tout dépendra du type de toiture que vous avez choisi et de ce que vous conseillera votre couvreur.

Comment fixer un épi de faîtage, un fronton ou encore un raccord ?

Les derniers points importants sont les finitions de ce faîtage. En premier lieu à chaque embout il faudra fixer un fronton appelé aussi embout de faîtage qui va permettre de finaliser l’étanchéité et l’esthétique du tout. Dans le cas de toitures plus complexes avec différentes arrêtes, il est possible de poser des raccords assurant une bonne jonction de chaque partie du faîtage. Enfin, dans certains cas il est possible de mettre aussi un épi. C’est une petite excentricité pour décorer votre maison, moins à la mode aujourd’hui mais qui a beaucoup plu à une époque.

Existe-t-il plusieurs formes de ce type de structure ?

faîtage maçonné ardoise

Il existe autant de faîtages possibles que de types de toitures. On retrouve néanmoins souvent les mêmes. Pour un toit en tuiles traditionnelles, on utilisera des tuiles dîtes faîtières que l’on va maçonner sur le haut de votre couverture. Il existe aussi des tuiles industrielles dont la forme particulière est adaptée à ce type de travaux. Pour une toiture en ardoises généralement l’arrête est recouverte grâce à un zinc plié posé à cheval des deux pans. Enfin, dans des cas plus rares mais par exemple pour un toit de chaume, on utilise là encore les mêmes matériaux qui compose le toit avec un mélange d’argile et de roseaux qui va réaliser le faîtage.

La réfection du faîtage maçonné ou non un point essentiel de l’étanchéité !

Quel que soit votre faîtage, il faut y faire particulièrement attention et le surveiller dans le temps. En effet, lors de la rénovation de toiture il n’est pas rare de simplement se contenter d’une réfection des faîtages maçonnés qui sont un des éléments sensibles de votre couverture. S’il est endommagé vous risquez des fuites d’eau et donc de fragiliser l’ensemble de votre toit et de votre isolation. Certains signes ne trompent pas : un affaissement de votre faîtage, l’apparition de fissures ou encore des infiltrations d’eau sont autant de signes qui peuvent faire penser à des soucis sur cette partie de votre maison. Pour surveiller cela vous pouvez simplement regarder votre toit à l’aide de jumelles, demander à votre entreprise de ramonage de regarder l’état de votre toiture ou tout simplement faire appel à un professionnel couvreur.

Réfection de faîtage maçonné

Ed Ouest peut remettre à neuf votre faîtage qu’il soit maçonné ou non afin de garantir l’intégrité de votre couverture.

Votre diagnostic gratuit

Confidentialité

Certifications ED Ouest
venenatis Nullam dolor. consequat. tempus id Lorem